Aider les travailleuses et travailleurs

qui ont des enfants ayant des besoins
spéciaux à surmonter les obstacles

Nécessité de revoir et d’améliorer les politiques en matière d’éducation spécialisée au Canada

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Le 8 juillet 2015

Nécessité de revoir et d’améliorer les politiques en matière d’éducation spécialisée au Canada  

OTTAWA—Selon un rapport publié aujourd’hui par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), au Canada, la majorité des politiques en matière d’éducation spécialisée sont en place depuis déjà plus de dix ans, et elles ne sont plus en harmonie avec les méthodes actuelles d’intégration scolaire.

Dans ce rapport, l’auteure, la chercheuse Helena Towle, brosse un tableau général des politiques en matière d’éducation spécialisée au Canada. Mme Towle y explique la définition d’éducation spécialisée, le cadre politique entourant l’intégration scolaire et l’attribution du financement destiné à l’intégration des élèves ayant des limitations fonctionnelles.

Au Canada, l’éducation relève des provinces et des territoires. Par conséquent, il n’existe aucune loi fédérale protégeant le droit de l’enfant ayant des limitations fonctionnelles à l’intégration scolaire. Chaque province et territoire dispose de sa propre politique en la matière, mais toutes diffèrent grandement quant à la définition d’intégration scolaire, à sa mise en œuvre et à son financement.

Selon Mme Towles, « Tant que l’intégration scolaire des enfants ayant des limitations fonctionnelles ne sera pas complète, ces enfants et leur famille en souffriront. Au Canada, comparativement aux adultes n’ayant pas de limitations fonctionnelles, les adultes ayant des limitations fonctionnelles ont plus de difficultés à obtenir un emploi sûr, à avoir accès à un logement abordable et à des soins de santé; ils sont moins scolarisés et gagnent un revenu moindre. »    

Dans son rapport, la chercheuse présente en détail la politique d’intégration scolaire de chaque province et territoire et son financement. Elle fournit une liste de recommandations visant à améliorer la politique en matière d’éducation spécialisée et sa mise en œuvre :    

  • Veiller à ce que la politique en matière d’éducation prévoie une intégration scolaire conforme aux conventions internationales.
  • Accroître les ressources et le soutien destinés au corps enseignant.  
  • Soutenir adéquatement les élèves ayant des limitations fonctionnelles et leur famille, tant à l’école qu’à la maison.  
  • Solliciter l’engagement des intervenants et les sensibiliser aux différentes phases de transition entre l’école et la vie en société.  

« Une véritable intégration scolaire doit devenir une priorité pour l’ensemble des collectivités du pays, car la scolarisation des personnes ayant des limitations fonctionnelles entraîne des effets à long terme sur l’ensemble de la société », soutient Mme Towles. « Faire l’effort de mieux comprendre et de soutenir l’intégration scolaire nous sera profitable à tous parce qu’elle créera une société où la cohésion, l’équité et la compassion occupent une place accrue. Les institutions résidentielles ont été fermées, alors agissons pour que cesse la ségrégation des élèves ayant des limitations fonctionnelles. »  

–30–

Fichier joint :